Espace Poncet : pédagogie, orientation, vie culturelle

Gaëlle Josse nous raconte Vivian Maier...

Par admin Girard, publié le jeudi 15 octobre 2020 09:20 - Mis à jour le jeudi 15 octobre 2020 09:23
IMG_0844.jpg

Compte-rendu rédigé par Noélie, élève de 2de9

Gaëlle Josse, écrivaine française venue à la littérature par la poésie, publie depuis une dizaine d’années des œuvres de fiction. Jusqu’au jour où elle fait la découverte de l’œuvre singulière de Vivian Maier. Elle décide alors de se lancer dans quelque chose de nouveau et écrit la biographie bouleversante de cette femme à la vie houleuse. Ce vendredi 25 octobre, elle est venue à la rencontre des lycéens pour répondre à leurs questions et débattre avec eux.

Une femme à contre-jour témoigne de la vie difficile d’une artiste inconnue, mystérieuse et discrète. Disparue dans la solitude et l’anonymat, Vivian Maier, photographe de génie, est découverte par hasard à travers ses photos par John Maloof qui, conscient du potentiel de ce « trésor », va l’exposer au monde entier. Dans la biographie de Gaëlle Josse, on découvre ligne après ligne cette vie, parfois misérable, marquée par des événements touchants et marquants. Comment Vivian vit une enfance instable, déracinée, peut-être battue entre une mère schizophrène, un père violent et alcoolique, et un frère délinquant. Et comment tout ça influence sa vie d’adulte. Même si le but de l’auteure n’est pas de mettre à nu cette femme qui a toujours gardé l’anonymat et n’a jamais fait parler d’elle, on y découvre pourtant des moments très intimes de la vie de l’artiste.

Vendredi, la classe seconde 9 du lycée Charles Poncet à Cluses reçoit Gaëlle Josse après avoir étudié son œuvre. Trois grands thèmes sont abordés. D’abord, les élèves font la connaissance de l’auteure et de son métier. Temps d’écriture d’un livre, nombre d’ouvrages publiés etc. Et très vite, la question du « Pourquoi Vivian Maier ? » est abordée. Gaëlle confie sa passion pour la photo et sa fascination devant l'œuvre de cette femme. Des photographies d’une grande qualité et prises avec une telle précision et un œil si vif. Elle dit « J’ai été absorbée par la perspective et la beauté de ces photos ». Comment ne pas désirer en connaître davantage sur cette femme, limite androgyne, avec un visage froid sans une once de féminité ! Gaëlle Josse se lance alors dans des recherches : elle voyage, découvre des traces, des écrits dans les Hautes-Alpes : berceau familial de Vivian. Puis récolte des informations par-ci, par-là, documentaire, internet etc. Et de fil en aiguille, elle finit par retracer totalement la vie de Maier. Elle décide alors de la conter dans cette biographie émouvante.

Mais alors, Gaëlle Josse raconte-t-elle seulement la stricte vérité ? Et si c’est le cas, n’expose-t-elle pas une vie sans le consentement de celle qui l’a vécue ? Les élèves se posent la question. Elle répond : « Aucun passage n’a été inventé, tout s’est réellement passé, seules les émotions ont été imaginées ». En ce qui concerne l’exposition d’une vie, Gaëlle confie qu’au départ, il y a une certaine intimidation face au fait de raconter une vie réelle, d’autant plus que certains témoignages sont relativement durs.

La rencontre s’est finalement terminée sur le ressenti de l’auteure, un an après la publication de Une femme en contre-jour, sans regret ni fierté mais seulement le bonheur d’avoir réussi à aller au bout de son projet.

En conclusion, cette rencontre était un moment de partage très instructif.